Accéder au contenu principal

Le "Burkini" de Maya el Hajj

Une peintre musulmane déchirée entre son choix d’être voilée et son besoin d’être femme pour se sentir exister. Voici le cœur du premier roman de la journaliste Maya el Hajj.


Femme voilée, femme forcément condamnée ?

« Et si je devais représenter par un mot la vie que je mène, je ne trouverais pas mieux que Burkini, terme créé par une femme australienne musulmane et qui concilie deux mots : Burqa et Bikini, pour désigner une tenue de bain qu’elle a conçu pour elle et pour toute femme que le voile empêche d’accompagner ses amies et sa famille à la plage.
J’ai tant de fois vu ce Burkini chez des amies voilées qui vivent dans des pays dépourvus de piscines réservées aux femmes. Mais jamais je n’ai pu m’imaginer dans une telle tenue. Soit le bikini dans des piscines réservées aux femmes, soit pas de baignade. Car ce que j’aime dans la natation c’est m’immerger dans l’eau et laisser les gouttes étinceler sur mon corps. Je vis vraiment entre deux mondes, entre mes vêtements chastes et mes idées libérées, entre un voile qui me couvre et des corps nus qui me fascinent, entre la burqa et le bikini. »
Ces paroles sont celles d’une artiste peintre musulmane. Il y a quelques années de cela, elle fit le choix de porter le voile. Sa famille, ses amis et toutes les autres personnes qui la fréquentaient en furent choqués. Comment une jeune femme, issue d’une culture religieuse mais non pratiquante, insistant sur sa liberté en tant que femme et qu’artiste, pouvait-elle décider de s’effacer ? Porter le voile ne signifiait pas uniquement avoir un foulard autour de la tête. Ce geste, ce rituel, avait une tout autre ampleur. Ampleur que la femme en question ne réalisera que trop tard. En effet, suite à un rendez-vous avec son bien-aimé, elle se retrouva confrontée à son premier grand amour. Quelle surprise d’être en face d’une femme resplendissante, à la tête découverte et aux cheveux dansant au rythme du vent ! Cet épisode suscitera une multitude de questions chez la jeune artiste. Pourquoi son homme l’avait-elle choisie, elle, et pas une autre ? Si elle retirait son voile, l’apprécierait-il plus ? Jouait-il un double jeu ? Était-elle toujours une femme, même voilée ? Pourquoi avait-elle choisi de porter ce foulard ?

Premier pas en solitaire

A travers son premier roman, Maya el Hajj, journaliste littéraire pour le quotidien panarabe Al Hayat, interroge la conception de la femme dans une société orientale. Loin de condamner ou, au contraire, d’inciter au port du voile, elle soulève des questions souvent omises par ceux qui croient connaître le sujet. Comme elle l’écrit si bien, « la beauté de la femme se résumerait-elle à des cheveux lâchés et des courbes mises en relief ? »
Dans ce livre, l’approche est différente. Les personnages ne portent pas de nom et les villes sont inconnues. Le contexte dans lequel vit la protagoniste laisse supposer qu’elle habite dans une société libre et ouverte, qui entretient tout de même des liens étroits avec la foi islamique. Grâce à ce flou volontaire, il n’est pas nécessaire d’être une femme, d’être musulman, d’être un pratiquant de quelconque religion ou même d’avoir des connaissances concernant le monde arabe. Un tel flou ouvre ces portes à tout le monde. De plus, le thème central n’est pas tant le port du voile comme l’on pourrait le croire au premier abord, que le rôle et la place de la femme.

Un sujet pour tous

En parcourant ces pages, le lecteur aura sans doute l’impression de faire partie du personnage principal, d’être dans ses pensées. Si le fait que le roman soit écrit à la première personne du singulier tient un rôle à jouer, il ne faut pas oublier qu’il est divisé en sept chapitres et que chacun d’entre eux représente un lieu ou une période clef dans la vie du personnage principal.
Le roman ose poser les vraies questions autour du port du voile. Il arrive toutefois que le lecteur se détourne du sujet central de l’ouvrage. A force de pointer le mal-être d’une femme partagée entre son choix de porter le voile et son envie d’être libre, entre son rôle de femme et son rôle d’artiste, l’atmosphère qui règne dans l’ouvrage en devient presque pesante. Le lecteur comprend aisément que le personnage principal se retrouve dans une impasse. Il est confronté à de nombreuses questions sur les choix qu’il a faits et ceux qui lui restent à faire. Cependant, les pensées de cette jeune peintre se répètent tellement qu’elles en deviennent rébarbatives.
Pour autant, ces zones de mou sont compensées par une fin inattendue, autant pour le lecteur que pour le personnage principal lui-même. Malgré ces quelques passages redondants, l’envie de connaître l’avenir de cette femme et les conséquences de ses actes sont largement plus grandes. C’est donc l’œil vif que nous suivrons Maya el Hajj, qui a assurément trouvé une manière intéressante d’interroger des sujets délicats, et de plus, les rendre accessibles à tous !



Cet article est également disponible dans l'édition 31 du journal d'opinion "Le Regard Libre", pour lequel j'ai eu l'immense plaisir d'écrire en septembre 2017.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le FC Vétroz champion!

Samedi dernier, a eu lieu au stade de foot de Saillon, la finale de la Coupe Valaisanne de Football. Elle confrontait le FC Sierre au FC Vétroz.
Fort en rebondissements, la tournure prise par le match en a surpris plus d'un. Y compris les joueurs eux-même! En effet, le FC Sierre, favori, s'imaginait déjà soulevant la Coupe, célébrant leur victoire. Après s'être imposé 5-0 en match de championnat contre le FC Vétroz, il est loin d'être ambitieux que de s'imaginer une nouvelle victoire. Cependant rien n'a lieu comme prévu...
Le FC Vétroz, considéré comme outsiders de la coupe, a su, malgré les nombreux problèmes rencontrés, retourner la situation en sa faveur et sortir ainsi vainqueur de cette rencontre. Contexte
Le FC Vétroz est un club de football situé dans le Valais central, à moins de 10 kilomètres de Sion. Ce club comporte de nombreuses équipes: 13 équipes de JuniorsFC Vétroz A1
FC Vétroz B1
FC Vétroz C1
FC Vétroz C2
FC Vétroz D1
FC Vétroz E1
FC Vétroz E2
F…

À la découverte de Sabine Leyat Filliez

Dimanche 2 juillet, je me suis rendue pour la première fois à une exposition de peinture.
Ce que j'y retiens ? Un mélange de regret et de fascination. Regret ? Oui, je regrette de ne pas avoir eu l'occasion d'admirer plus tôt des expositions. Fascination ? Evidemment ! Bien que je ne sois pas une experte en peinture, j'ai trouvé cette expérience extraordinaire. Du vendredi 02.06.2017 au dimanche 02.07.2017, Mme Sabine Leyat Filliez ainsi que M. Camilo Rivera exposaient à la Galerie de La Tour Lombarde à St-Séverin (VS).
Camilo Rivera est un jeune artiste peintre d'origine chilienne. Ces peintures abstraites ont été principalement réalisées à l'huile. Il perfectionne cette technique depuis 2012, notamment grâce aux conseils de Séverin Marclay. Pour lui, la peinture est un moyen de montrer sa vision abstraite de ce qui l'entoure.
Sabine Leyat Filliez a, quant à elle, plus d'années d'expérience dans le monde de l'art. Elle rencontre l'univers d…

Bounty: Noir dehors, Blanc dedans ?

Bounty, un film de Shyaka Kagame Jeudi dernier, Jasmine Ndekezi et moi sommes allées voir le film "Bounty", avec la présence du réalisateur, Shyaka Kagame.
Mais au fait, qu'est-ce qui nous a poussées à nous y rendre, de plus, en pleine période d'examens ? Voulions-nous juste échapper à nos responsabilités? Trouver une excuse pour ne pas étudier ? Non, je ne crois pas. Ce qui nous a réellement motivées c'est le film, ou plutôt son sujet.

Ici, finis les films à l'eau de rose, où la belle Kate vit le parfait amour auprès de son prince charmant. Ici, rien à voir avec les films à la Hollywoodienne, où il y a plus d'effets spéciaux que de figurants. Ici, on parle de la vie, la vraie ! Vous savez, le genre de vie où vous vous levez à 6h pour préparer le déjeuner de vos enfants, avant de courir à la poste afin de payer les factures du mois passé. Le genre de vie où après avoir travaillé toute la journée, il ne vous reste plus que 10 minutes avant la fermeture de…